scène pastorale

En savoir plus sur l’histoire de la pastorale

La pastorale est une pièce de théâtre, unique en Europe, de type tragédie-comédie, d’origine médiévale, écrite en vers, chantée et jouée en plein air, cadencée à l’aide d’un bâton qu’utilise le déclamant, sur un thème religieux ou historique écrite en basque, dialecte souletin. Les scènes sont numérotées, afin que le public puisse suivre le déroulement de l’action. Les pastorales peuvent durer jusqu’à trois heures et sont accompagnées de danses et de chants.

Caractéristiques :

La scène est constituée de trois portes d’entrée, bleue, blanche et rouge, surmontées de l’orchestre. Dualisme : une distinction claire entre les bons et les méchants est établie. Parmi les bons on retrouve les Chrétiens (Kiristiak) qui entrent et sortent par la porte bleue. En revanche, les méchants sont toujours les ennemis, les Turcs et les Turquettes qui utilisent la porte rouge et les « Satans » qui ponctuent la représentation de pas de danse. Les anges et les homme d’église entrent par la porte blanche située au milieu de la scène.

La musique : à l’origine, l’accompagnement se faisait à l’aide de chants grégoriens, durant lesquels les personnages entraient, sortaient ou se changeaient.

Les instruments principaux étaient la flûte et l’atabal mais de nos jours, la présence instrumentale s’est notablement élargie: elle est désormais constituée de cuivres, violons, et les traditionnels ttun-ttun, txülüla et atabala.

La danse : elle fait partie intégrante du spectacle.

Errejent(s)a: la mise en scène est effectuée par l’errejent(s)a, que sur la scène, assis(e) devant une table et dirige le déroulement d’une vingtaine de scènes avec l’aide d’un drapeau bleu ou rouge pour donner l’ordre d’entrée.

Xahakoa pastorala 2010